ANET, un palais pour abriter un amour royal

Notre sortie de fin de saison du 06 octobre 2012 nous a conduit cette année dans la région de Dreux. La matinée a été consacrée à la visite du château d’ANET. Nous avons pris le repas au restaurant « Les Oliviers » à Houdan, généreux donateur de notre tombola.


Le château construit à ANET par Diane de POITIERS en 1552 parle de puissance et d’amour mais c’est surtout un chef d’œuvre de la Renaissance Française. Lorsque la noblesse suivit LOUIS XII puis FRANCOIS 1er pour les guerres d’Italie, elle découvrit des palais ouverts sur la nature, entourés de riches jardins. De retour en France, ces chevaliers transformèrent leurs sombres châteaux forts. Leurs Rois, Louis XII, surtout François Ier, construisirent des palais ajourés sur les bords de la Loire.

Pour recevoir dignement le Dauphin et sa suite, Diane de Poitiers décida de construire un château plus vaste sur cette terre qu’elle aimait. Grande Dame, cultivée et maîtresse de maison accomplie, elle voulait une maison confortable, adaptée au climat de France. Elle confia son projet à Philibert de l’Orme, jeune architecte novateur. Henri devint Roi, le château devint Palais. Philibert de l’Orme pu s’entourer des plus grands artistes de l’époque. L’Ecole d’Anet, quintessence de la Renaissance Française, était née.

Cette demeure fut le témoin de la gloire d’une favorite toute puissante puis son refuge. A la mort du Roi Henri II, elle se retira à ANET où elle mourut le 25 Avril 1566. La chapelle sépulcrale commandée à l’architecte Claude de FOUCQUES n’était pas terminée, le corps de Diane fut confié à l’Eglise d’ANET La chapelle fut consacrée en 1577 et la dépouille de Diane fut transférée et inhumée dans le magnifique tombeau de marbre noir.

Diane de Poitiers Duchesse française le 31 décembre 1499, morte au château Anet en 1566 est la fille de Jean de Poitiers, comte de Saint-Vallier, mariée à 15 ans à Louis de Brézé, grand sénéchal de Normandie qui a 40 ans de plus qu’elle et qui mourut en 1531.

Successivement dame d’honneur de Louise de Savoie et de la reine Éléonore de Habsbourg (sœur de Charles Quint) et maîtresse de François Ier jusqu’à la mort de ce dernier, Diane de Poitiers favorise le mariage de Catherine de Médicis avec le futur Henri II (1536), dont elle devint la maîtresse sans doute dès 1538.

En 1523, elle obtient de François 1er la vie sauve pour son père compromis dans le complot du connétable de Bourbon. Veuve à 32 ans, maîtresse du Dauphin (Henri II), elle commence une carrière politique occulte, elle pousse le roi à une dure répression des protestants.

Comme nous l’avons vu plus haut, elle devient la maîtresse d’Henri II en 1538 : elle a 48 ans lui 28. Un an après son couronnement, Henri II va l’honorer en la faisant duchesse de Valentinois (1548), en arborant ses couleurs blanc et noir dans les manifestations officielles. Il lui offre le château de Chenonceau.

Amoureuse de l’argent, du pouvoir, croyante et courtisane, intelligente et raffinée, elle gardera la première place dans le royaume et le cœur d’Henri Il jusqu’au tournoi fatal.
Sa vie durant elle favorise le développement des arts: elle fait faire d’importants travaux au château d’Anet sous la direction de Philibert Delorme. Jean Goujon en assurera la décoration. Elle sera aussi le mécène de Ronsard.

Chassée de la cour, elle rend les bijoux de la couronne et le château de Chenonceau à son ennemie, et se retire dans son fief d’Anet où elle meurt le 25 avril 1566.

Certaines sources indiquent que Diane de Poitiers seraient née à Poitiers, d’autres proposent de façon plus générale le Dauphiné et pour finir, peut-être, au château d’Etoile sur Rhône dans la Drôme.

Translate »
Marquee Powered By Know How Media.